AQWatt
gd@aqwatt.com - Tel. 0032(0)476.48.08.40 - 3511 Hasselt-Belgium
Conception et calcul de sites hydrauliques nouveaux et existants pour la production d’électricité.

1. Étude préliminaire pour des centrales hydrauliques nouvelles et / ou existantes
2. Conception de nouveaux sites hydrauliques.
3. Rénovation d’anciens moulins et de sites existants avec possibilité de production d’énergie.




1. Étude préliminaire pour des centrales hydrauliques nouvelles et / ou existantes
  • Dans le but d’obtenir de l’énergie hydraulique, 2 outils clés sont nécessaires : un certain débit d’eau doit être disponible (en continu) et à un point précis, cette eau doit franchir une différence de hauteur, autrement dit, elle doit pouvoir « tomber » . En utilisant cette chute d’eau, ou plus précisément le poids de l’eau, on peut, grâce au débit continu, actionner un axe. En couplant cet axe à un générateur, on produit de l’électricité renouvelable : de l’énergie verte en abondance. Plus on a de l’eau disponible et plus la chute est grande, plus d’énergie on peut produire.  

  • Pour produire de l’énergie, il ne suffit pas d’avoir de l’eau courante dans un ruisseau ou dans une petite rivière. Une chute est indispensable. Ce n’est donc que grâce à un barrage ou à d’autres « obstacles » dans la rivière que l’eau est accumulée et qu’une différence de hauteur est créée. Le débit tombant de cette hauteur peut donc être utilisé pour la production d’énergie. Il est cependant interdit de construire à sa propre guise un nouveau barrage quelconque dans un ruisseau ou une rivière. S’il existe déjà une possibilité d’immersion (un barrage), ne fût-ce qu’en mauvais état et / ou hors service depuis longtemps, il est parfaitement possible de la remettre en service. Pour les vieux moulins à eau, il existe “Le droit d’eau” : une loi datant de l’époque de Napoléon, mais qui est encore d’application dans le droit moderne et qui détermine qu’un moulin peut retenir une quantité maximale d’eau en amont du moulin jusqu'à un niveau précis : le « niveau de la retenue ». Le meunier et/ou propriétaire d’un barrage est, pour ainsi dire, le «propriétaire» de l’eau sur son site. Il a donc le droit d’utiliser l’eau pour recréer la chute, même après des années de non service « à flux », pour alimenter un générateur.

  • Pour savoir combien d’énergie l’eau peut produire, on multiplie le débit [m³/s] par la hauteur [m] et par 10 (ou plus exactement par 9,81 [m/s ²]). Le résultat est la quantité d’énergie que vous pouvez générer en KiloWatt [KW]. 1kW = 1000 W = 10 lampes de 100W, qui brulent en continu. Pour mesurer le débit ou afin de déterminer la quantité d’énergie produite sur votre site, vous pouvez vous rendre au site web de «Ode-Vlaanderen». Vous pouvez également remplir le formulaire contact et nous serrons enchantés de vous aider.

  • L’étude préliminaire permet une première évaluation du potentiel d’énergie d’un site. En fonction de l’implantation, du ruisseau ou de la rivière, d’une mesure du site et éventuellement d’une visite sur place, les possibilités et contraintes deviennent très vite claires.

  • Après l’étude préliminaire, on effectue une étude de faisabilité. Cette étude en profondeur couple le rendement énergétique aux coûts pour la réalisation et / ou la rénovation d’un site hydraulique. Ceci facilite une première évaluation et détermine le potentiel de rentabilité financier. Sans investissements importants, on peut rapidement accorder un « Go / No Go » pour la conception, le dossier de construction,….


  Haut de page


2. Conception de nouveaux sites hydrauliques
  • Les centrales hydroélectriques, les stations de pompage, les barrages, l’écluse et tout autre projet concernant l’eau sont abordés comme un ensemble ou dans le cadre d’un projet plus vaste. Partant de la conception mécanique et de l’implantation sur site, passant par l’utilisation avec l’automatisation et le suivi (à distance) nécessaires comme la maintenance et la révision, tout est intégré dans le projet en formant un systéme cohérent qui répond aux objectives initiales. La taille du projet n’a pas tant d’importance, il s’agit plutôt de mettre à jour l’ingéniosité nécessaire pour obtenir le meilleur résultat et la plus haute qualité possible.

  • De la mesure du site, par l’implantation de l’installation, jusqu'à une conception totale de nouveaux projets. La rédaction d’un appel d’offres et du métré avec budgétisation forme la base du projet “clé en main”, de la conception jusqu'à la construction. Voir aussi “le développement technique et études”.


Haut de page


3. Rénovation d’anciens moulins et de sites existants avec possibilité de production d’énergie
  • Rien qu’en Flandre, il y a déjà plus de 300 anciens moulins et on en compte plus de 700 sur tout le territoire belge. Un certain nombre d’entre eux a été rénové, beaucoup sont en déclin, mais une petite partie est encore utilisée pour la production d’énergie. C’est dommage, puisque l’investissement pour la rénovation ou l’adaptation d’un site pour la production d’énergie est très abordable et même très rapidement récupérable (2-4 ans). La rénovation et l’adaptation d’un site (moulin ou autre) est à chaque fois une adaptation sur mesure et dans le cas d’un ancien moulin, le caractère historique est toujours respecté. Mais le secret pour adapter d’anciens moulins ne consiste pas en la nouvelle installation en soi, mais bien en la connaissance des limites et  des possibilités de l’ancien site. L’union de l’ancien et du nouveau exige des connaissances et des compétences dans ce domaine.

  • Avant de pouvoir produire de l’électricité, souvent s’impose une rénovation. L’art de rénover d’anciennes techniques consiste souvent en la réconciliation avec la technique moderne, bien entendu sans toucher au caractère authentique du site. Ce qui veut dire que pour la rénovation des mâtereaux en bois, par exemple, on se sert toujours de la connaissance historique des sortes de bois pour leurs applications, mais que pour la fabrication des pièces, on est bien obligé d’utiliser des machines modernes. Pour la rénovation des pièces métalliques, les pièces en fonte seront récupérées autant que possible, mais les parties tournantes et à charge (accouplement, roulement,…) seront remplacées par des pièces neuves et modernes.  Après la rénovation, l’ancien site aura gardé sont authenticité, mais on lui aura greffé un nouveau cœur. Il commencera une toute nouvelle vie avec une nouvelle utilisation, telle que la production d’énergie. Pour la rénovation de sites classés, il est possible d’obtenir des subventions jusqu'à 80% des coûts de rénovation. A cet effet, un dossier complet doit être réuni et déposé aux instances locaux et fédéraux. Aqwatt peut vous aider à composer ce dossier et à faire les demandes nécessaires. (Voir aussi: Discussion et applications au sein du gouvernement.)

                                                 Haut de page


AU SUJET D' AQWATT / CONCEPTION ET CALCUL!
© 2008 All rights reserved - Aan de aangeboden informatie kunnen geen rechten ontleend worden. Tous droits réservés